désert et animaux en afrique

DÉSERT DU NAMIB-NAUKLUFT (NAMIBIE)

LE PLUS VIEUX DÉSERT SUR LA PLANÈTE TERRE

Deuxième article sur une série de destinations insolites en Afrique

Les dunes orangées du Namib, un paysage mystique et intemporel.

les dunes de sossusvlei en Namibie

“Explorer le désert du Namib, c’est voyager sur une autre planète…” Ce morceau de l’Afrique australe, aride et inhospitalier, mérite amplement sa réputation. Extraterrestre, mystérieux, primitif et extatique, il ne laisse jamais ses visiteurs indifférents.

Même si les magazines spécialisés publient régulièrement des reportages photographiques à son sujet, le parc national du Namib-Naukluft reste méconnu du grand public. Relativement isolée d’accès, la région a gardé son visage brute et authentique. D’ailleurs, peu de gens sont capables de pointer les contours du désert sur une carte. Pourtant, sur les images satellites, on devine facilement les rivages de cette immense mer de sable qui recouvre en grande partie le sud du littoral namibien. Ces paysages énigmatiques sont somptueux.

Mais ce n’est pas tout, ce désert abrite aussi un écosystème tout à fait singulier. Fait caractéristique s’inscrivant dans un processus millénaire, la faune et la flore ont développés des capacités d’adaptation prodigieuses. Le résultat est épatant. L’article suivant explore le sujet.

LE PLUS VIEUX DÉSERT AU MONDE

Le Namib est un vieillard. Les scientifiques lui estiment l’âge avancé de 80 millions d’années…. Pourtant, ce vieillard n’a pas son pareil pour déjouer les pièges du temps, comme en témoigne l’évolution secrète et constante des dunes. Ces collines de sable sont quotidiennement sculptées par la direction des vents dominants. Certaines atteignent même plus de 300 mètres de hauteur. En réalité, on retrouve dans le parc national la plupart des types de dunes existant ailleurs sur la planète. Voyager dans le Namib, c’est voyager simultanément dans tous les déserts du monde…

D’ailleurs, la particularité géologique du lieu se trouve justement dans la composition des dunes. Celles-ci sont composées par du sable venu de loin, de très loin… Il est transporté par le vent et les cours d’eau sur des centaines de kilomètres depuis l’intérieur du continent et la côte atlantique. Accumulé au fil des ans sur le sol argileux, le sable du Namib est donc en quelque sorte étranger à sa situation actuelle. Voilà une première explication au mélange improbable des minéraux. Ce phénomène influence les couleurs contrastées du paysage: elles sont extraordinaires.

La mer de sable glisse sur le sol argileux. Les formations des dunes qui en découlent sont parfois hallucinantes.

les dunes mouvantes du Namib en Namibie

 

UNE DIVERSITÉ ÉCOLOGIQUE RARE

Soumis pendant des milliers d’années à des conditions très arides, les plantes ont développé une résistance accrue au manque d’eau. Ces dernières ont des racines parfois surdimensionnées pour aller puiser dans les profondeurs du terrain. C’est le cas de la Welwitschia mirabilis, un plante panchronique très étrange qui s’observe dans une partie du désert non loin de la ville provinciale de Swakopmund. Sa longévité est à peine croyable: les experts assurent qu’elle peut vivre plus de 2000 ans! Du coup, ses racines plongent parfois à plus de trente mètre sous terre.

À l’image de ce fossile vivant, la flore du désert est exceptionnelle. Elle survit essentiellement grâce au brouillard marin, principale source d’eau. À cet égard, de nombreuses espèces endémiques au parc national sont cataloguées par les botanistes. En ce qui concerne la faune, quelques espèces d’antilopes y trouvent refuge de temps en temps. Toutefois, il s’agit d’abord d’un écosystème de choix pour les insectes et les reptiles de tailles moyennes. Scorpions, caméléons, geckos et autres lézards sont les hôtes attitrés des lieux.

Ne pas se fier aux apparences: cet échantillon de Welwitschia est pluri-centenaire!

une très vieille plante, la welwitschia

Un caméléon du désert curieux de rencontrer les visiteurs…

un lézard dans le désert du Namib en Namibie

 

DES SITES FANTASTIQUES

En langue Nama, “Sossu” signifie “point de non-retour”. “Vlei” est un mot afrikaans, il désigne les marais. Bref, à priori, Sossusvlei n’est pas un endroit recommandable… Pourtant, il s’agit d’un site naturel remarquable!
Depuis cette cuvette desséchée nichée au milieu des dunes, on apprécie un panorama fantastique. Le sable, sous l’effet d’un processus d’oxydation, a pris des couleurs de rouille et d’ocre. Le sol argileux est irrigué les années où les pluies sont conséquentes, ce qui se déroule très rarement. En général, la fine croûte salée du fond de la cuvette se craquèle en morceau gros comme des assiettes. Ça et là, des acacias squelettiques s’élèvent de manière éparses, silhouettes chancelantes sur l’horizon.

Ailleurs dans le désert, un réseau de piste en terre relie l’extérieur du parc national aux passages naturels qui mènent à l’intérieur de la mer de sable. D’est en ouest, les plus motivés rejoindront la côte sauvage de l’Océan Atlantique, là où les dunes plongent dans les courants marins tumultueux. En chemin, d’autres sites fantastiques se visitent facilement, tels que les dunes pétrifiées, Deadvlei, Dune 7, Hidden Vlei ou Big Daddy. Ils sont aussi sensationnels.

Terre abandonnée, la région de Sossusvlei est un lieu de splendeur fruste.

Namibie, séjour de rêve de afrique

 

DES ACTIVITÉS RESSOURÇANTES

Les visiteurs s’accordent sur un point: le désert du Namib est un lieu de dénuement et d’humilité. Les activités qui s’y pratiquent sont dépouillées du superficiel. Les randonnées de tous les niveaux sont au coeur du programme. Sachez toutefois que gravir les plus hautes dunes demande une certaine ténacité: marcher dans le sable n’est pas de tout repos. Par contre, dans les plaines, de très belles balades se pratiquent sur une demi-journée, en général pour apprécier les lumières de l’aube ou du crépuscule.

Enfin, si de jour la beauté du paysage invite à l’émerveillement et au silence. La nuit, les ciels étoilés attirent les regards et les songes… Les astrologues amateurs s’empresseront d’emprunter les télescopes généralement disponibles dans les lodges.

QUAND S’Y RENDRE?

Si vous craignez la pluie, ce n’est pas dans le désert du Namib qu’il faut vous inquiéter. Les précipitations sont extrêmement rares, voire quasiment inexistantes. Si toutefois elles devaient avoir lieu, ce serait potentiellement entre décembre et mars. Vous l’avez saisi: en réalité, la région se visite agréablement toute l’année. Bien que le mois d’octobre et le mois de mars puissent atteindre de jour des températures très élevées. Souvenez-vous d’une chose: les nuits sont fraîches!

Matthieu H. © MUNGO PARK, mars 2015